Un colloque thématique de l'AECSE « Genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail » organisé par le CEREP

Numéro de décembre 2017

Le choix de la thématique du genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail s’inscrivait clairement dans le sillage de la voie ouverte par Nicole Mosconi, qui fut co-présidente de l’Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l’Education (AECSE). Cette dernière avait participé à développer une tradition d’organisation de symposium « Genre en éducation et formation » à l’intérieur des Congrès d’actualité de la recherche en éducation et en formation (AREF), proposés tous les 4 ans par l’AECSE (Strasbourg 2007, Genève 2010, Montpellier 2013). Cet élan s'est poursuivi et intensifié. Lors du Congrès AREF 2013 à Montpellier, le co-président Yvan Abernot a participé à l’Assemblée Générale de l’ARGEF et marqué son soutien au projet en germe d’une proposition de Colloque autour du genre en éducation et en formation. En effet, si ces dernières décennies de nombreux numéros de revues (Hedjerassi & Avenel, 2016) avaient pu être consacrés au Genre en éducation ou formation, aucun Colloque de l’AECSE n’avait été dédié à cette thématique. La visée était clairement de donner de la visibilité aux travaux menés dans les domaines de l’éducation et de la formation, pour participer de la reconnaissance de ce champ de recherche.

(LIRE LA SUITE)

Genèse du Colloque thématique de l’AECSE

Le choix de la thématique du genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail s’inscrivait clairement dans le sillage de la voie ouverte par Nicole Mosconi, qui fut co-présidente de l’Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l’Education (AECSE). Cette dernière avait participé à développer une tradition d’organisation de symposium « Genre en éducation et formation » à l’intérieur des Congrès d’actualité de la recherche en éducation et en formation (AREF), proposés tous les 4 ans par l’AECSE (Strasbourg 2007, Genève 2010, Montpellier 2013). Cet élan s'est poursuivi et intensifié. Lors du Congrès AREF 2013 à Montpellier, le co-président Yvan Abernot a participé à l’Assemblée Générale de l’ARGEF et marqué son soutien au projet en germe d’une proposition de Colloque autour du genre en éducation et en formation. En effet, si ces dernières décennies de nombreux numéros de revues (Hedjerassi & Avenel, 2016) avaient pu être consacrés au Genre en éducation ou formation, aucun Colloque de l’AECSE n’avait été dédié à cette thématique. La visée était clairement de donner de la visibilité aux travaux menés dans les domaines de l’éducation et de la formation, pour participer de la reconnaissance de ce champ de recherche.

 

Thématique

En réponse à l'appel à organisation du colloque thématique de l'AECSE, le Centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations (CEREP, EA4692), de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), et plus particulièrement en son sein le Groupe Genre qui venait de se constituer, a proposé la thématique des images et représentations au prisme du genre dans les sphères de l'éducation, de la formation et du travail. La visée du colloque était selon les termes de l’appel à communication « d'interroger au prisme du genre, les intersections et articulations existantes entre, d'une part, les sphères de l'éducation, de la formation et du travail, et d'autre part, les représentations et mises en images ».

 

Si l’un des enjeux est de contribuer à donner de la visibilité au champ de recherche du genre en éducation et en formation, la thématique proposée est large, ouverte à des disciplines plurielles tant les sciences de l’éducation que la sociologie, les sciences de l’information et de la communication (SIC), les sciences (STAPS), mais aussi les disciplines littéraires, artistiques, linguistiques, historiques etc.

 

Le choix est aussi d’entendre dans des acceptations très larges les notions de « mises en images » et de « représentations » qui « balayent un large spectre d'objets allant du plus abstrait au plus concret ». Images mentales, représentations sociales, stéréotypes sont visées tout autant que les matérialisations (dans le domaine de l'éducation, les supports…) ». Les mises en images et représentations sont susceptibles tant d’être analysées dans leurs contenus que comme des « traces d'une certaine construction des réalités sociales » ou encore « comme matérialisation de rapports sociaux de domination », notamment de sexes.

 

C'est également dans un sens très large que le genre était entendu, couvrant à la fois les travaux sur les femmes et les hommes, le féminin et le masculin, les sexualités... Pour autant, le fil rouge du colloque était d’interroger les processus par lesquels les mises en images, les représentations participent à « la construction d'un ordre social hiérarchisé ».

 

Stéréotypes, représentations sexuées, pratiques enseignantes

Dans la sphère de l’éducation, l’école, et notamment les pratiques enseignantes, constitue un terrain privilégié pour analyser les mises en images et représentations sous l’angle du genre.

 

L’appel à textes invitait à un questionnement sur l’éducation sexuelle, sur les normes véhiculées dans le temps, notamment selon les publics. C’est précisément cette problématique croisée avec un groupe minorisé (celui des élèves ayant une déficience intellectuelle) dans le contexte suisse qu’aborde l’article de Sophie Torrent selon une approche définie comme intersectionnelle.

 

Comme les travaux curriculaires, parmi lesquels le travail de Nicole Mosconi sur les savoirs scolaires (Mosconi, 2004), le mettent en exergue, les contenus d’enseignement peuvent eux-mêmes participer à la (re)production du genre entendu comme « un système de normes de sexe hiérarchisant, producteur d’inégalités, qui légitime ces inégalités en les naturalisant » (Marro, 2012). De nombreuses disciplines scolaires ont été interrogées sous cet angle : par exemple la philosophie (Mosconi, 2004, Hedjerassi, 2008), l’histoire (Zancarini-Fournel, 2004), les enseignements de sciences et de technologies (Lebeaume, 2014)… Et inversement, le travail sur les programmes mêmes peut faire émerger ces représentations stéréotypées sexuées, et contribuer à leur dé-construction. Ce que propose Valérie Opériol dans son article portant sur l’enseignement de l’histoire.

 

Les travaux docimologiques ont depuis longtemps montré les biais dans les pratiques d’évaluation, et ils font notamment ressortir des différences nettes dans les notations des copies selon le sexe des élèves, selon la logique du double standard. Deux articles explorent les pratiques évaluatives au prisme du genre : l’un (par Julien Moniotte) analyse un corpus de bulletins scolaires, l’autre (par Didier Chavrier) interroge les implications épistémologiques de la pratique d’évaluation formative sur la (re)production du genre.

 

Parmi les travaux relevant du domaine de l’éducation scolaire, les images des manuels constituent dans les travaux curriculaires sous l’angle du genre un bel observatoire des processus de construction et de transmission de représentations stéréotypées, de normes sexuées. C’est ce que l’article de Joël Lebeaume explore sur un plan historique, en analysant un corpus de manuels scolaires des années 1950 portant sur les sciences appliquées des classes de fin d’études.

 

Dans cette même lignée, mais avec un angle qui croise rapports sociaux de sexe et rapports sociaux de classe, l’article de Clémence Perronnet interroge de manière originale les images des sciences et des métiers scientifiques véhiculées par les supports culturels pour la jeunesse auprès de publics enfantins de milieux populaires.

Exporter l'article

Comment citer

Hedjerrassi, N. (2017). Un colloque thématique de l'AECSE « Genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail » organisé par le CEREP. Revue GEF (1), 4-5. Repéré à https://revuegef.org

Hedjerassi, N. (2008). Des élèves de lycées face à la philosophie : des rapports sociaux de sexe en jeu, Canadian Journal of Education, n° spécial « Les questions liées aux rôles sociaux de sexe en éducation », 31(1), pp.1-21.

Hedjerassi, N. & Avenel, C. (2016) (dir.). Orientation et formation : l’approche transversale du genre, Éducation et socialisation, 42 [En ligne : http://journals.openedition.org/edso/1807].

Lebeaume, J. (2014). L'enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980. Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire ».

Marro, C. (2012). Dépendance-indépendance à l’égard du genre, Recherche et formation, 69, pp.65-80, [En ligne : http://journals.openedition.org/rechercheformation/1722].

Mosconi, N. (1994). Femmes et savoirs. La société, l’école et la division sexuelle des savoirs. Paris : L’Harmattan.

Zancarini-Fournel, M. (2004). La place de l’histoire des femmes dans l’enseignement de l’histoire, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 93, pp.63-78.

Revue GEF

Editeur : Association ARGEF
Parution : Annuelle
Matricule : ISSN 2571-7936
Comment contribuer à la revue
Retourner à la revue
;