Introduction au numéro

Numéro d'août 2018

Ce second numéro de notre revue Genre Education Formation, s’inscrit dans la ligne du numéro précédent dont il complète et achève la publication du dossier Stéréotypes et représentations dans les pratiques enseignantes et culturelles en milieu scolaire. Les textes proviennent en grand partie du colloque thématique de l’AECSE organisé par le Groupe Genre du Centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations (CEREP, EA4692)de l’Université de Reims Champagne-Ardennes(URCA) qui avait choisi la thématique Genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travaildans le sillage de la voie ouverte par Nicole Mosconi. (LIRE LA SUITE)

Ce second numéro de notre revue Genre Education Formation, s’inscrit dans la ligne du numéro précédent dont il complète et achève la publication du dossier Stéréotypes et représentations dans les pratiques enseignantes et culturelles en milieu scolaire. Les textes proviennent en grand partie du colloque thématique de l’AECSE organisé par le Groupe Genre du Centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations (CEREP, EA4692)de l’Université de Reims Champagne-Ardennes(URCA) qui avait choisi la thématique Genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travaildans le sillage de la voie ouverte par Nicole Mosconi. Nous invitons notre lectorat à prendre connaissance de l’éditorial de Nassira Hedjerassi dans le numéro GEF1 [https://revuegef.org/article/21].

 

De nombreuses disciplines scolaires ont ouvert un pan de recherches sur la manière dont le genre est au travail à la fois dans les choix curriculaires (formel, réel, caché) mais aussi didactiques (le milieu didactique et le triplet de ses genèses : mésogenèse, topogenèse, chronogenèse (Chevallard, 1988, 1992) et dans les mises en œuvre concrètes des enseignements dans l’espace de la classe, espace dans lequel s’exercent différentes formes de rapports de pouvoir et d’exercices de la domination (coté enseignant et coté élèves). 

 

Ce numéro se compose d’un dossier, d’un article de varia, d’un article qui inaugure notre rubrique de retours de formation « se former avec la recherche », enfin se termine par deux textes tirés d’entrevues avec des auteur·es qui font l’actualité de notre champ par leurs publications.

 

Dossier

Les quatre textes qui composent le dossier Stéréotypes et représentations dans les pratiques enseignantes et culturelles en milieu scolaire coordonné par Sigolène Couchot-Schiex, interrogent et rendent compte des pratiques en formation, en milieu universitaire ou en milieu scolaire.

 

Qui n’as pas lu ou vu Harry Potter (J.K. Rowling) ? Cette œuvre désormais classique a apposé la marque de son imaginaire sur un large public de jeunes et de moins jeunes. Dans leur article « Discours et représentations à l’œuvre dans les films contemporains grand public. Des outils d’analyse critique face aux stéréotypes sexués », les auteur·es : Mireille Baurens, Vincent Massart et Cécile Perret rendent compte de la mise au jour des stéréotypes de genre et de leur perception débusquées grâce à une analyse fine menée dans trois contextes différents auprès de jeunes et d’adultes en formation. Les leviers et les limites à la prise de conscience des stéréotypes de sexe et de genre de cette saga sont alors mis en évidence.

 

Le second article proposé par Marie-Pier Lemay et Mélissa Thériault interroge la place des femmes dans le champ disciplinaire de la philosophie. Les femmes semblent avoir bien du mal à s’y faire une place. La discipline est-elle à mettre en cause ? Ou bien le manque d’ambition des femmes à y accéder ? Pourrait-il s’agir de choix restrictifs contingents qui excluraient sans le vouloir les femmes ? Biais perceptifs et stéréotypes seraient-ils à l’œuvre conduisant à cette situation ? Les principales intéressées s’organisent et s’activent pour transformer ce contexte.

 

Isabelle Collet, Valérie Opériol et Anne Sgard nous plongent dans le contexte de la formation des enseignant·es d’histoire et de géographie de Genève. Leur article « La question du genre dans la formation des enseignant·es d’histoire et de géographie, enjeux et perspectives » interroge la formation au genre en éducation. Former, oui, mais pour quoi faire ? Au-delà des modalités et des contenus, les objectifs sont multiples et les enjeux peuvent largement variés d’un espace de formation à l’autre : soit on peut tenter de « neutraliser » les inégalités et amoindrir les vecteurs de domination, soit on peut outiller les futur·es enseignant·es à une lecture critique du réel et des rapports de pouvoir. C’est l’orientation retenue par les auteur·es qui passent en revue les obstacles à franchir au premier chef desquels on trouvera les fondements disciplinaires et les représentations personnelles des futur·es enseignant·es. Dans les mises en œuvre de formation, il s’agira dès lors de faire fréquenter le genre dans les deux disciplines tout en manœuvrant pour éviter les écueils et les malentendus. Des exemples précis sont abordés afin d’en rendre compte. Ces efforts sont-ils néanmoins suffisants pour transformer les pratiques pédagogiques sur le long terme ?  

 

Pour clore ce dossier, Clémence Friocourt et Séverine Ferrière proposent un article tiré d’une analyse de la mise en œuvre de séances sur l’égalité fille-garçon traité à partir du thème des métiers à l’école primaire. Comment mettre les représentations genrées et les stéréotypes attachés à chaque métier en travail ? A l’instar de l’article précédent, l’analyse critique des supports et de la situation d’enseignement en train de se déroulée est un vecteur essentiel de transformation. Lisez « Catégorisations stéréotypées des métiers en Cycle 3. Travailler la flexibilité des situations professionnelles ambiguës et contre-stéréotypées » pour prendre connaissance de cette analyse de situation d’enseignement.

 

Varia

« Les jurys de thèse ont-ils un sexe ? Enquête sur le dispositif « Refusons le 0% » à l’université Toulouse III ». Nul doute que ce titre focalisera l’attention des actuels doctorant·es et des personnes qui les encadrent ! Chloé Delacroix, Catherine Armengaud, Jean-Yves Le Talec interrogent les pratiques implicites conduisant à la composition des jurys de thèse. À quelles conditions les jurys de thèse peuvent-ils être mixtes ? La couleur disciplinaire aurait-elle une influence dans cette configuration ? Y aura-t-il une « loi implicite de genre » verrouillant implicitement le système ? Un article que tout scientifique devrait lire pour ouvrir un débat collectif éclairé ... et polémique ! 

 

Se former avec la recherche  

Pour inaugurer cette rubrique Christelle Wieder rend compte de la recherche qu’elle a effectuée pour son mémoire d’analyse de pratique professionnelle sur les « îlots bonifiés ». Cette nouvelle organisation de l’espace de la classe permet-elle d’instaurer plus d’égalité ? Peut-être. Finalement est-ce vraiment une condition essentielle pour l’atteinte de cet objectif ? « La pédagogie des îlots bonifiés est-elle égalitaire ? »... ?

 

Entrevues

A l’occasion de leurs dernières publications, GEF s’est entretenue avec Anne Monnier pour « Le temps des dissertations. Chronique de l'accès des jeunes filles aux études supérieures » et Wilfried Lignier et Julie Pagis pour « L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social ». 

Exporter l'article

Pour citer cet article

COUCHOT-SCHIEX, S. (2018). Introduction au numéro. Revue GEF (2), 1-2.Repéré à https://revuegef.org

Revue GEF

Editeur : Association ARGEF
Parution : Annuelle
Matricule : ISSN 2571-7936
Comment contribuer à la revue
Retourner à la revue
;